Questions réponses maison édition

Un modèle d'édition original au bénéfice de nos auteurs !

Questions – réponses

Les avantages d'un modèle d'édition hybride

NOUVELLES CONDITIONS À PARTIR DE 2021 !

Nous sommes fiers et heureux de vous dévoiler notre nouveau modèle d'édition qui s'appliquera dès le 1er janvier 2021. Nous espérons qu'il vous convaincra à la hauteur de nos propres convictions ! Nous avons développé un modèle hybride qui maximise les intérêts de l'auteur et sécurise l'éditeur. Toute notre démarche est détaillée ci-dessous : c'est un peu long, mais tout est dit !

Pour la revue Acc}o{lade

Conditions particulières

Le modèle hybride détaillé ci-dessous ne concerne que la publication dans nos collections.

Publier dans la revue Acc]o{lade donne lieu à un contrat d’édition classique.

Bientôt deux années d’existence, une trentaine d’ouvrages publiés, des milliers d’heures de travail bénévole (ça, nous préférons ne pas compter !), et le désir toujours intact de faire connaître des livres qui le méritent, au défi d’un marché éditorial déjà pléthorique. Avec l’expérience acquise, les tentatives passées, et notre vision du monde du livre, nous proposons aujourd’hui un modèle d’édition hybride, qui à nos yeux fait sens, car respectueux de l’auteur, de la littérature, et de l’écologie.

Nous sommes une maison d’édition, nous avons défini nos collections, institué notre comité de lecture, nous limitons désormais notre production à dix livres par an, nous sélectionnons nos manuscrits avec passion et rigueur, nous nous immergeons dans une relecture-correction en profondeur des textes, nous engageons une graphiste professionnelle pour réaliser le livre, et c’est avec fierté que nous défendons chaque ouvrage.

Nous prenons acte de la légitime adhésion des auteurs au système économique de l’auto-édition, notamment pour l’intérêt financier indéniable que cela représente pour eux. Les atouts, il est vrai, sont nombreux : pas de cession des droits, maîtrise des chiffres des ventes, marge très substantielle sur le prix du livre, et finalement, liberté d’agir et de signer à tout moment chez un éditeur prestigieux si l’occasion se présente !

C’est pourquoi nous avons greffé (comme il se fait en Châtaigneraie…) le modèle économique de l’auto-édition à notre exigence de maison d’édition. Ce que nous vous offrons : la garantie d’un travail éditorial professionnel, l’insertion dans une ligne éditoriale assumée, et en même temps, tous les avantages de l’auto-édition.

Très concrètement, voici comment cela fonctionne :

Du manuscrit au livre

Votre manuscrit va se concrétiser par un livre papier, déposé à la BNF, et par un livre numérique, chacun avec son ISBN, et porteur du logo des Editions de la Châtaigneraie.

Livre papier

Pour le livre papier : nous faisons imprimer un stock pour nous (service presse, ventes directes par nos soins), un stock pour vous (dons ou ventes directes par vos soins), le reste des ventes étant assuré par les librairies physiques ou en ligne sur internet. Votre titre est bien évidemment référencé partout, et tout lecteur peut aller acheter votre dernier roman chez le libraire de son village ou de son quartier. Toutefois, votre livre est imprimé à la demande, et ne trônera donc pas nécessairement sur les tables de toutes les librairies de France et de Navarre. Cela permet de limiter les coûts et les risques financiers pour nous, mais aussi, de refuser cette funeste aberration qui consiste à pilonner chaque année plus de 100 millions de livres ayant fait un aller-retour en camion entre entrepôts et librairies. Votre ouvrage sera donc imprimé à la commande du libraire, et distribué par la société Sodis (vous pourrez alors vous vanter qu’on trouve votre chef d’oeuvre dans les mêmes cartons que Gallimard !).

Livre numérique

Pour le livre numérique : nous confions la distribution de l’ebook à notre partenaire Immateriel, qui assure sa disponibilité auprès d’une centaine de plateformes : Kindle, Kobo, iBookstore, et les autres. Pour ce qui concerne la protection anti-piratage, nous avons opté pour le tatouage numérique (watermarking), système plébiscité par les lecteurs et ayant fait largement ses preuves.

Diffusion

Nous assurons un travail de promotion volontariste pour faire connaître votre livre. Nous nous appuyons sur nos réseaux sociaux, sur notre newsletter auprès des libraires, sur les chroniques de blogueurs et influenceurs partenaires à qui nous envoyons votre ouvrage, mais aussi et surtout sur votre présence à des séances de dédicaces et à des salons littéraires. Nous apprécions donc que vous puissiez vous rendre disponible pour participer régulièrement à des événements promotionnels. Selon nous, ces moments d’échange avec les lecteurs sont d’une grande importance, ils révèlent combien un livre, c’est une rencontre.

Si vous êtes plus à l’aise avec les mots qu’avec les chiffres, pas de panique ! Pour rester simple, nous allons prendre un exemple, avec tous les chiffres, en toute transparence. Considérons donc un livre aux caractéristiques très courantes :

  • Format broché, 210 pages A5, papier crème 90g et couverture quadri pelliculée
  • Prix public du livre papier : 14,90€ TTC
  • Prix public du livre numérique : 5,99€ TTC

Ventes directes du livre papier par l’auteur

Vous avez tout intérêt à détenir un stock de livres à vendre directement lors des dédicaces, foires, salons, ou tout simplement autour de vous. Dans notre exemple, les ventes directes dégagent une marge de 10,90€ à votre bénéfice pour chaque exemplaire écoulé. Le calcul est simple : 3€ d’impression, 1€ de marge éditeur au premier tirage, et le reste est pour vous !

Si vous dédicacez 25 ouvrages lors d’une journée sur un salon, vous repartirez avec 270€ de bénéfice au fond de la poche (et plein de belles rencontres au fond du coeur, ne l’oublions pas !). Vous êtes libre de décider du nombre de livres qui vous sont réservés : aucun, 10, 20, 50 voire plus… à vous de voir ! Et si vous avez été trop modeste au premier tirage, il est toujours possible d’en retirer la quantité de votre choix, aussi souvent que vous le souhaitez.

Ventes du livre papier par l’éditeur

Comme tout éditeur, pour chaque livre que nous vendons en librairie ou directement, nous vous reversons un droit d’auteur calculé sur une fraction du prix HT du livre. Nous appliquons un taux généreux pour une petite maison d’édition : 8%. Dans notre exemple, vous toucherez donc 1,13€ au titre des droits d’auteur pour chaque exemplaire vendu en librairie.

Vous le savez certainement, sur la chaîne du livre, chacun prend sa part : le libraire, le distributeur, le diffuseur, l’éditeur, l’auteur, l’imprimeur. Ce partage de la valeur, peu favorable à l’auteur sauf en cas de best-seller, explique en partie l’intérêt grandissant pour l’économie de l’auto-édition.

Ventes du livre numérique

Pour les ebooks, le fruit des ventes se répartit comme suit : 30% pour le libraire, 30% pour l’auteur, 30% pour l’éditeur, et 10% pour le distributeur. Donc, dans notre exemple, vous toucherez 1,70€ au titre des droits d’auteur pour chaque exemplaire téléchargé. Pour un prix de vente inférieur au livre papier, votre marge est donc supérieure, ce qui explique l’adoption croissante du livre dématérialisé : moins cher pour le lecteur, plus rémunérateur pour l’auteur. Mais, bien sûr, il y manque un peu le plaisir si particulier de tenir en ses mains l’objet-livre ! Quoi qu’il en soit, ce sera au lecteur de faire son choix.

Forfait accompagnement

Notre maison d’édition est encore trop jeune et trop fragile financièrement pour avancer tous les coûts d’édition : relecture-correction, maquette, couverture, création de l’ebook, envoi des services presse, communication, stands payants en salon. Depuis deux ans, notre équipe travaille bénévolement, afin de construire une solidité financière permettant de prendre tous ces frais à notre charge.

Aujourd’hui, nous demandons aux auteurs une contribution incluant toutes les prestations citées. L’étape de relecture-correction dure une à deux semaines, c’est un véritable travail d’équipe entre Nadège et vous. Maquette et couverture sont réalisées par une graphiste professionnelle que nous rémunérons, le dernier stand que nous avons réservé à une auteure avant le confinement d’automne coûtait 135€ (L’Encre et les Mots, La Rochelle), les dépenses engagées sont nombreuses. Le coût du forfait est de 600€ maximum, avec un paiement échelonné que les préventes puis les ventes peuvent normalement financer. Dans notre exemple, cette somme est amortie dès 58 livres vendus (600 / 10,90). Croyez-nous : tous nos auteurs ont largement dépassé ce seuil de ventes – heureusement pour eux et pour nous !

Édition à compte d’éditeur

Pour la plupart des auteurs, c’est le Graal, et c’est bien normal. Toutefois, il faut distinguer les grandes maisons d’édition, chez qui publier son livre peut réellement procurer une belle publicité, et les petites maisons d’édition, pour qui la bataille de la visibilité est nettement plus difficile. Selon Livres Hebdo, les 10 plus grands groupes d’édition français occupent 90% du marché !

Le combat est rude pour trouver sa place sur l’étagère du libraire, dans un contexte de surabondance du livre et de rotation des titres de plus en plus rapide. Aujourd’hui, vendre 500 exemplaires de son premier roman est un score plus qu’honorable en France. En gardant les chiffres de l’exemple cité plus haut, une telle vente rapporterait environ 500€ de droits à son auteur. C’est déjà bien ! Grâce à notre modèle hybride, en supposant qu’un succès équivalent soit atteint moitié en vente directe, moitié en librairie, votre gain net dépasserait 2000€. C’est mieux !

Notez enfin qu’en publiant chez nous, vous ne cédez pas vos droits d’auteur, vous les conservez. Si donc vous êtes repéré par Albin Michel ou Actes Sud, n’hésitez pas : foncez !

Édition à compte d’auteur

Ce modèle, assez unanimement décrié, présente il est vrai des défauts importants. Les maisons d’édition à compte d’auteur réclament des forfaits dépassant, parfois largement, la somme de 2000€, tout en conservant la propriété du stock imprimé, et en ne reversant donc à l’auteur que ses droits sur les ventes. Il est donc quasiment impossible que l’argent investi par l’auteur soit amorti. Cela est d’autant plus improbable que ces maisons d’édition publient généralement tout manuscrit qui leur est soumis, dès lors que l’auteur est prêt à payer, ce qui leur vaut la réputation d’une édition de piètre qualité. Bref, ce n’est pas le bon plan !

Auto-édition

L’auto-édition a le vent en poupe ! Nous avons évoqué plus haut ses avantages, qui expliquent le recours grandissant des auteurs à cette solution, et pas seulement ceux qui se sont cognés le nez à la porte close des éditeurs. Le “cas Samantha Bailly”, éditée chez Jean-Claude Lattès, ayant choisi en 2018 de revendiquer un statut “d’auteure hybride” en recourant à l’auto-édition, a fait couler beaucoup d’encre.

Quant à nous, à notre humble échelle, nous pensons aussi que la chaîne du livre dysfonctionne, et qu’il est impératif d’inventer de nouveaux modèles. Nous cherchons, nous tâtonnons, nous expérimentons, et à ce jour, défendons une approche “d’éditeur hybride”.

Si n’importe quel texte peut être publié en quelques clics sur une plateforme d’auto-édition, nous conservons, en ce qui nous concerne, une véritable pratique éditoriale. Nous sélectionnons dix livres à publier chaque année, et travaillons systématiquement les manuscrits avec leurs auteurs. Les livres portent notre logo, nous les assumons pleinement, et en tant que maison d’édition, nous allons les défendre dans les salons et auprès des libraires.

Cette production, choisie et limitée, nous permet de prendre le temps, et de développer une relation de proximité avec chaque auteur. C’est là toute notre récompense, et ce qui nous donne chaque jour l’envie de continuer le combat !

Vous n’avez pas trouvé réponse à votre question ? Vous pouvez nous écrire via notre formulaire de contact.

Logo Editions de la Châtaigneraie MF
26 rue de la Coste 15000 Aurillac (33) 06.83.26.27.10 contact@editions-de-la-chataigneraie.com
Réseaux sociaux