Bibliothèque Editions de la Châtaigneraie

Un livre pour vous !

Dans notre catalogue

Pourquoi ne m’a-t-il rien dit ? Tome I

18,00

De la griserie des années folles à la folie des années grises

On ouvre un jour un colis et ce qu’il y a dedans bouleverse une vie. Quelques médailles de guerre et une vie inconnue à découvrir, celle de mon père. Je ne savais rien de son histoire. Personne n’en savait rien. Alors je me suis inventé une mémoire. Je pourrais être Louis, Charles, Richard, Gottfried, Antoine, moi-même, mon père ou tout ce monde à la fois. Toute famille a besoin d’un passé, voici celui que je me plais à raconter. Tout est vrai ou faux, ou les deux à la fois, c’est le principe même des souvenirs imaginaires. C’est aussi partir à la recherche de soi dans la mémoire des autres pour se demander encore et toujours : mais qu’est-ce que j’aurais fait à leur place ?

ISBN : 978-2-49-1046-09-5 Collection:
Poids 350 g
Dimensions 21 × 15 × 2 cm
Série

Fiction

Laurent Tellier

Picard de naissance, naturalisé Cantalien, il a exercé le très beau métier d’infirmier en psychiatrie de l’enfant avant de passer une maîtrise en sociologie puis faire une petite carrière comme maire de Marmanhac de 2001 à 2012, une des plus belles expériences de sa vie. La passion du livre aidant, il a tenté l’aventure de l’écriture en s’appuyant sur ses autres intérêts : sa famille, en premier, l’histoire, la Sarre (Saarland), la musique et la philatélie, en n’oubliant jamais celle des hommes et des femmes, comme ils sont, sans jugement. L’aventure humaine reste un sujet inépuisable, elle permet aussi d’oser se proposer au jugement des autres, voilà ce qui l’intéresse. Militant de la cause de la vallée des Poètes, il m’inscrit dans cette belle filiation avec humilité et enthousiasme.

Extrait

Paris, lundi 31 décembre 1899

Vers dix heures du soir, Madame Marie Picard a commencé à ressentir les premiers signes de l’enfantement. Madame Marie, c’est Marie de Beer, la fille d’un joaillier d’Anvers que Jules a rencontrée à Paris, alors qu’elle passait quelques jours avec sa sœur Astrid. Peut-être eût-il mieux valu que cet événement n’eût jamais existé. Bon, c’est vrai, cette histoire aurait vite tourné court.

C’est Jules qui veut se donner des airs de bon bourgeois en parlant comme ces gens-là. L’enfantement, tout le monde a rigolé, lui, il n’a rien vu. Jules paradait dans un costume bien trop étroit qui engonçait son ventre et son orgueil mais il trouvait que c’était comme cela qu’il devait apparaître, prêt à éclater.

Le hasard a voulu qu’un jour, notre brave jeune homme, à la terrasse d’un café, quai Voltaire, les ait repérées. Enfin, il y en avait d’autres, des hommes intéressés, mais c’est lui Jules qui était à la table d’à côté. Elles se sont assises tout près, un mouchoir brodé est tombé par inadvertance et c’est Jules qui l’a ramassé. C’était en 1888, Marie avait vingt ans. Astrid, dix-huit. Elles étaient toutes deux très belles, mais les yeux de Marie étaient plus bleus, plus perçants, plus attirants. Ils ont échangé leurs adresses, se sont écrit, puis se sont revus et mariés en 1889. Un mouchoir essuie des larmes, un mouchoir peut aussi en provoquer, de bonheur celles-là.

[…]

Tout de suite, devant les souffrances de Madame Marie, le majordome, Monsieur Anselme, est allé chercher Madame Bastien, la sage-femme qui habitait quelques rues plus loin, et Jules Picard avait demandé à Mademoiselle Jeanne, la nurse, de bien vouloir surveiller le petit Louis, l’aîné, qui venait d’avoir dix ans et qui avait eu le droit de veiller un peu plus tard pour attendre la nouvelle année. Louis était né, mais c’est une coïncidence, le 1er janvier 1890. Le mois d’avril était donc le mois des conceptions chez les Picard, la venue du printemps, peut-être.  Louis, qui devait se croire à jamais fils unique, avait un peu fait la grimace et il en voulait déjà un peu à ce nouveau Picard, il espérait que ce soit un garçon, pour lui dire son fait. Il se sentait bien, fils unique et tyrannique. Son père, surtout, il savait comment le manipuler. Enfin, il apprendra tout cela à ce Charles, son frère. Il en souffrira aussi.

Collection Lignes d'horizon
Type Livre broché
Année de parution 2019
Nombre de pages 260
Poids 350 g
Dimensions 21 x 15 cm
Logo Editions de la Châtaigneraie MF
26 rue de la Coste 15000 Aurillac (33) 06.83.26.27.10 contact@editions-de-la-chataigneraie.com
Réseaux sociaux